Êtes vous à la page? Partagez vos
news


Restez à la page de l’actualité du marché de la bière artisanale !

Vous pourrez ici vous inspirer et découvrir des articles sur les bonnes pratiques d’optimisations à mettre en œuvre dans votre brasserie, sur les démarches et actions menées pour protéger l’environnement, des guides et manuels pour découvrir le métier de brasseur, des astuces et outils qui vous aideront dans votre projet de création microbrasserie, et enfin des idées d’affaires à réaliser.

L’objectif principal de cette rubrique est de vous donner accès à toute l’information pertinente qui vous aidera dans votre développement et votre expansion.



janv. 31, 2017

Futurologie du Marché de la Bière Artisanale Française. par Ambrasser
Bières Consomacteurs Démocratisation Futur Marché

Embarquez pour un retour passionnant vers le futur…et accrochez-vous bien ça va mousser ! 


Nous vous proposons dans cet article d’utiliser la méthodologie de la futurologie en projetant l’état actuel du marché de la bière artisanale dans l’avenir, c'est-à-dire d'en drainer l'évolution, en distinguant ce qui est d'ores et déjà inéluctable et ce sur quoi nous pouvons agir et ce que nous pouvons influencer ensemble…


La bière artisanale a le vent en poupe ! Et si ce vent n’était autre que les prémices d’une tempête ? Une tempête qui pourrait redistribuer le jeu de cartes ainsi qu’agrandir la table de jeux des protagonistes du marché ! Une vague révolutionnaire qui serait prête à se déferler sur l’Hexagone et sur laquelle tout le monde pourrait surfer !


Nous avons la conviction que ce vent va apporter des changements structurels sur le marché comme il l’a fait sur son passage dans d’autres pays comme le Brésil, la Grande Bretagne et bien sûr les Etats-Unis. Nous ne savons juste pas encore quelle sera l’ampleur des changements engendrés par cette révolution en France.


Il y a sur le marché des tendances structurelles notables : l’engouement des consommateurs pour le retour aux « circuits courts », à l’artisanat, au local ou régional, aux produits ayant un impact neutre ou positif pour l’environnement (nous avions écrit quelques lignes sur cet engouement, vous pouvez les (re-)découvrir ici). Conséquence directe de cet engouement pour le local, les circuits de distribution sont en pleine mutation déjà dans d’autres pays. On ne compte plus le nombre de brasseries qui ne vendent que dans leurs propres locaux. Cela reflète le changement de mentalité, la volonté de reconnecter avec le commerce de proximité. Tout le monde s’y retrouve. Le brasseur fait plus de marge, le consommateur récupère ses bières fraîchement brassées. La quantité de nouveaux bars à bières, de caves à bières, de festivals mais surtout de la quantité de bières différentes ne cessent de croître.


 


L’état actuel du marché. Nous savons :


-   Que nous avons plus 1000 brasseries artisanales Françaises actives en France (*1)


-   Qu’en France nous buvons approximativement 20 millions d’hectolitres de bières par an (*2),


-   Qu’entre 2016 et 2015 la production a augmenté en volume de 3,1% (*3)


-   Qu’en moyenne chaque Français boit 30L de bière par an (4*).


-   Que la bière artisanale représente 3,5% (*5) du marché français total de bière, c’est-à-dire 0,7Mio d’hectolitres de bière, ce qui veut dire que sur 30 bières consommées, 1 est artisanale (*6)


-   Que la brasserie artisanale emploie 16 fois plus de personnes que l’industrielle (*7),


-  Que 70% des bières consommées en France sont produites sur le territoire Français (*8), donc que la production moyenne d’une brasserie artisanale française est de 500HL (9*)


-   Et enfin que l’on décompte plus de 2500 marques de bière en France (*10).


 


Imaginons maintenant un scénario où nous consommerions non pas 1 bière artisanale sur 30 mais 1 sur 5. Alors demain la bière artisanale représenterait 20% de la consommation totale de bière en France. (eh oui cela représenterait une croissance de 500%... !). La bière artisanale représenterait un marché de 4millions d’hectolitres (*11) dont 2,8Mio auront été produits en France (*12).


Pouvez-vous imaginer ça ? Nous oui ! Nous ne voyons pas pourquoi ça ne serait pas possible. Pourquoi dans un bar je ne demanderais pas automatiquement (et commanderais) quelle est la bière artisanale qu’ils ont à me faire déguster. Cette révolution ne se fera pas d’un jour à l’autre mais avec quelques changements, cette (r)évolution pourrait s’avérer un scénario plausible.


Ce virus, qui s’est propagé aux US, et qui s’est propagé dans d’autres pays déjà mentionnés, ne pourrait-il pas avoir le marché français comme prochaine cible ?


Le script de ce scénario est palpitant mais de quels chiffres parlerait-on ? (Chers lecteurs, c'est maintenant que nous avons besoin de vous ! N'hésitez pas à apporter votre pierre à l'édifice de ce scénario ! Faites-nous part de vos commentaires et idées !) La première résultante de ce scénario serait, d’une part, une perte de part de marché des bières industrielles au profit des bières artisanales, et d’autre part une valorisation du marché étant donné que la bière artisanale est vendue à un prix plus élevé que la bière industrielle. Dans notre scénario, afin de faciliter l’exercice Afin de faciliter l'exercice, nous garderons comme base de volume total les 20millions d'hectolitres actuels.


De passer de 0,5 (*13) à 2,8 millions d’hectolitres, ce sont bien 2,31millions en plus ! Assumons que :


-   la production dans l’Hexagone continuerait à représenter 70% de la production française


-   que les volumes seraient couverts par les brasseries existantes à 50% et par de nouvelles à 50% et que 10% d'entre elles fermeraient.


 


Impact sur le nombre de brasseries, leur capacité et le volume produit total


Alors les brasseries existantes auraient une production moyenne qui passerait de 500 à 1800HL (*14) et pour couvrir l’autre moitié des besoins, plus de 2130 (*15) nouvelles brasseries verraient le jour avec une moyenne de 500HL.


Au total nous compterions 3210 (*16) brasseries avec une production totale de 2,81 millions d’hectolitres (*17) avec pour chaque brasserie une moyenne de 875HL (*18). La France comptait 3000 brasseries au début du XXéme siècle (*19) donc le scenario est loin d’être délirant…


La diversité de produits serait elle aussi exponentielle car nous passerions de 2500 à 8025 (*20) différentes bières…une offre extrêmement riche qui serait la source d’une multitude de nouvelles opportunités pour des nouveaux bars, caves, nouveaux sites internet…tout autant de nouveaux arrivants sur le marché qui apporteront une dynamique sans fin à cette révolution. Où que vous seriez, vous pourriez goûter « La bière du coin ».


Cette diversité permettrait aussi de limiter les importations et de voir la part de production de bière produite et consommée en France dépasser les 70%..


 


Impact sur les investissements


Les investissements sur ce marché seraient bien entendu massifs ! Pour la création de chaque nouvelle brasserie mais aussi pour les brasseries déjà en place qui auraient besoin d’adapter leurs équipements, leur capacité pour répondre au besoin du marché ! Cette dynamique serait une source importante de nouvelles opportunités sur le marché pour des brasseurs en herbe pour se lancer dans l’aventure grâce à des investissements de départ limités avec un marché de l’occasion plus important ! A noter, et ce n’est pas anodin que ces investissements seraient faits en France dont les revenus générés resteraient en France, au lieu de partir dans les pays d’origine des brasseries industrielles…


 


Impact sur le marché de l’emploi


Il serait conséquent car chaque pourcentage de volume transféré de l’industrie de la bière à l’artisanat de bière représenterait une création approximative de 250 nouveaux artisans/brasseries qui créeraient 1000 nouveaux emplois (*21).


Une micro brasserie qui produit 250 hl par an crée un emploi. Une micro brasserie qui produit 1 000 hl par an peut créer entre 4 et 5 emplois (*22).  Cela voudrait dire que les 2310 nouvelles brasseries créeraient environ 5000 emplois (*23) et les brasseries existantes devraient elles aussi s’adapter à la forte demande et devraient recruter plus de 4500 personnes (*24). Pas moins de 10 000 créations de postes dans le secteur !


C’est tout le tissu artisanal mais aussi industriel lié à la bière artisanale qui serait indirectement impactée ! Les fournisseurs de bouteilles, d’étiquettes, cartons, services, mais aussi les entreprises événementielles ! Le nombre festival, évènements passeraient de 42 (nombre d’évènements enregistrés sur notre site) à 252 (6 fois plus,  le même ratio que pour le nombre de bières). Sans parler du tourisme de la bière qui ferait un vrai boom ! Pensez au tourisme vinicole qui existe déjà aujourd’hui. L’opportunité est là !


 


Impact sur la consommation de matières premières


Les volumes de malt utilisés dans la production de bière artisanale sont de 3 à 7 fois plus importants que dans la brasserie conventionnelle et ces bières de spécialité demandent aussi 4 à 10 fois plus de houblon que le style “lager” (*25).


Automatiquement la demande de ces deux matières premières augmenterait malgré une base de volume total d’HL produits constante. Ceci ne devrait pas poser de problème puisque la France est le premier exportateur de malte et le 3ème producteur d’orge dans le monde. Actuellement nous exportons 80% de notre production nationale (*26), nous pourrions diminuer nos exportations pour couvrir nos besoins ou augmenter notre production d’orge afin de pouvoir continuer à exporter mais créer de l’emploi (ou sauver…) dans le milieu agricole !


Petite parenthèse concernant le houblon, après une année 2015 morose, 2016 a donné une récolte de qualité et en croissance à deux chiffres par rapport à une moyenne sur les 5 dernières années (12%). De quoi satisfaire en grande partie la demande accrue des brasseurs. 772 tonnes sont attendues, contre 550 en 2015.


De belles initiatives mais aussi des nouveaux producteurs voient le jour pour augmenter la  production de malte et de houblon comme Bretagne Bio Malt, Le Champ du Houblon, HOPEN - Terre de Houblon, le nouveau site (2016) de Malteurs Echos…. Il y a aussi  des programmes de diversification des variétés promues par  Houblons de France et Comptoir Agricole, qui visent à  développer de nouvelles variétés de houblon  et apporter des innovations (cf notre article sur l’innovation) sur le marché afin de créer de nouveaux produits, des nouveaux goûts. Autant de projets qui contribueront à faire croître l’offre de bières différentes !


 


Conclusion


Une partie de cette transformation a déjà débuté. La demande est stimulée par l’offre et le marketing des nombres croissants de bars à bière, caves à bières, festival, sites de vente spécialisés, site de vente d’abonnement, clubs de bières…et en amont de tout cela une autre génération de futurs brasseurs compétents et capables de piloter cette future croissance, se forme dans des programmes de formation de plus en plus nombreux, dédiés à ce métier !


Une utopie ? Un rêve éveillé ? Nous venons de commencer cette nouvelle année et cela correspond encore à la période des vœux…Nous sommes d’accord, les souhaits ont souvent besoin d’un coup de pouce pour se réaliser ! C’est à vous, à chacun d’entre nous faisant partie de cette chaîne de valeur de donner ce coup de pouce pour être un acteur du changement de cette révolution…vous l’aurez compris…si prometteuse ! Par quoi commencer ? Faites vos commentaires sur cet article, enrichissez le scénario, proposez des actions, et bien sûr faites passer le message au plus grand nombre !


 


 *



  1. https://www.facebook.com/projet.amertume/posts/1463928650288327

  2. http://www.brasseurs-de-france.com/la-biere/economie/marche-francais/consommation/

  3. http://www.brasseurs-de-france.com/la-biere/economie/marche-francais/consommation/

  4. http://www.brasseurs-de-france.com/la-biere/economie/marche-francais/consommation/

  5. https://www.francebleu.fr/emissions/la-minute-conso/comment-la-biere-est-devenue-un-phenomene-de-mode

  6. 1/30 = 3,3 aprox. 3,5% pour simplifier

  7. In https://www.francebleu.fr/emissions/la-minute-conso/comment-la-biere-est-devenue-un-phenomene-de-mode

  8. Association Brasseurs France in http://www.challenges.fr/societe/20160323.AFP0882/le-marche-de-la-biere-progresse-en-france.html

  9. 20 millions hl * 70% = 14 million hl * 3,5% = 0,5 millions hl / 1000 brasseurs = 500 hl /brasseur

  10. 2000 marques in http://avis-vin.lefigaro.fr/biere/o123016-biere-l-invention-permanente avec 800 brasseries => 2.500 pour 1.000

  11. Assumant que le marché ne va pas croître et que nous boirons "moins" (ou autant) mais mieux :), 20millions * 20% = 4 millions

  12. 4 millions * 70% = 2,8 millions hl

  13. 0,5 million hl = 0,7 million hl * 0,7 Production Nationale

  14. 2,31*0,5=1,155 => (1,155 + 0,5)=1,655 => 1,655 / (1000*0,9) = 1.800 hl volume moyen d'une nouvelle brasserie

  15. 1,155 millions hl / 500 hl par brasseur = 2.310 nouvelles brasseries

  16. 1000*0,9 (-10 des brasseries existantes) = 900 +2310 = 3210

  17. 0,5+2,31=2,81 millions hl

  18. 2,81 million hl /3210 brasseurs = 875 hl

  19. http://www.brasseurs-de-france.com/la-biere/histoire/

  20. 2000 marques en 2015 /800 brasseurs en 2015 => 2.500 pour 1.000 brasseries en 2016 => 2,5 marques par brasseur => 2,5 * 3210 = 8.025

  21. 000.000 hl * 1% = 200.000 hl / 900 hl = 222 nouvelles brasseries avec 900 hl en moyen => 222 * 4,5 employés pour une brasserie de 1.000 hl = 999 nouveaux emplois

  22. http://www.lafranche.net/images/photos/2012/10/lettreouverte.pdf

  23. 4,5*2.310 new = 10.395 * 0,5=5.198 (Puisque chaque brasserie est à 500HL nous utilisons 50% de la brasserie de 1000HL qui crée 4 à 5 emplois)

  24. 900 * 5 = 4.500

  25. http://www.usinenouvelle.com/article/l-essor-de-la-biere-artisanale-bouscule-les-malteurs-americains.N328586            http://houblonsdefrance.fr/comice-du-houblon/

  26. http://www.brasseurs-de-france.com/la-biere/economie/marche-francais/production/                                                                          https://malteursdefrance.fr/







Lire la suite...





À lire aussi