Êtes vous à la page? Partagez vos
news


Restez à la page de l’actualité du marché de la bière artisanale !

Vous pourrez ici vous inspirer et découvrir des articles sur les bonnes pratiques d’optimisations à mettre en œuvre dans votre brasserie, sur les démarches et actions menées pour protéger l’environnement, des guides et manuels pour découvrir le métier de brasseur, des astuces et outils qui vous aideront dans votre projet de création microbrasserie, et enfin des idées d’affaires à réaliser.

L’objectif principal de cette rubrique est de vous donner accès à toute l’information pertinente qui vous aidera dans votre développement et votre expansion.



avril 22, 2016

Pourquoi diminuer son emprunte environnementale est essentiel et s’avère être un bon business? par Johana VIALANEIX
Comment Emprunte Carbone Environnement Optimisation

On peut catégoriser les brasseries artisanales de multiples façons par: leur taille, leur origine géographique, leur système de gestion, leur savoir-faire mais nous aimons aussi les catégoriser selon leur engagement et efforts à supporter leur communauté locale et à améliorer leur emprunte environnementale qui englobe d’une part l’emprunte carbone (directement liée à la consommation énergétique) et d’autre part la consommation en eau.


Avant toute chose, laissons-nous faire un bref rappel de certaines définitions :


 L’emprunte carbone : Quand on parle de changement de climat, “l’emprunte” est une métaphore pour l’impact total que quelque chose peut avoir. Le « carbone » est une description abrégée de l’ensemble des effets de gaz de serre qui contribue au réchauffement de la terre. Emprunte carbone est donc un terme que l’on emploie pour définir le meilleur estimé de l’impact que peut avoir quelque chose sur le réchauffement de la terre, et ce quelque chose dans notre cas présent est la production et vente de bière artisanale.


Les émissions directes et indirectes: Lorsque l’on établit le bilan des émissions de gaz à effet de serre résultant et intervenant dans un périmètre donné à l’intérieur duquel l’entreprise exerce son activité ou son influence, les émissions de cette chaîne de valeur sont composées d’émissions directes et d’émissions indirectes. Elles sont réparties en 3 périmètres appelés « SCOPE », terme retenu au plan international (selon la norme ISO et le GHG Protocol). Cette répartition par scope ne correspond aucunement à une hiérarchisation de l’importance à accorder à chacun mais permet de relativiser l’impact global selon les différentes contributions de l’activité dans chacun:


Scope 1 : Émissions directes de GES; il s’agit d’émissions produites par des sources fixes et mobiles appartenant ou détenus par une entreprise. Exemple : émissions provenant des installations et des procédés artisanaux de fabrication de la bière au sein de la brasserie.


Scope 2 : Émissions indirectes de GES associées à la production d’électricité, de chaleur ou de vapeur importée ou achetée pour être utilisée par la brasserie.


Scope 3: Autres émissions indirectes résultant des activités de l’entreprise (scope 3), qui proviennent des autres sources que celles liées à l’énergie et dont la brasserie n’est pas propriétaire. Exemples :la production des matières premières achetées et utilisées, aux transports de matières, produits ou déchets, émissions liées à l’utilisation des produits vendus, émissions des déchets, émissions liées aux déplacements domicile-travail des employés ou aux voyages professionnels des employés.


Exemple de l’emprunte carbone d’une bière (issue d’un pack de 6 en bouteilles de 33cl) : 585g CO2


graph 1 environment


Comme on peut le voir, l’activité en amont et en aval de la brasserie, représentent quasi 80% del’emprunte carbone totale d’une bière sur l’ensemble de sa chaîne de valeur.


L’eau: L'eau constitue 80 à 90 % de la bière, mais il faut bien plus qu'un litre d'eau pour fournir un litre de bière ! Jusqu'il y a quelques années, les processus industriels demandaient jusqu'à 20 à 25 litres d'eau pour produire 1 litre de bière. Heureusement, les progrès technologiques ont permis aux brasseurs de faire des économies substantielles et les brasseries les plus modernes utilisent 6 fois moins d'eau en moyenne qu'il y a 30 ans, c'est à dire environ 4 à 10 litres d'eau.


HL d’eau pour produire 1Hl de Bière (en moyenne):


graph 2 environment


Alors pourquoi mesurer l’emprunte carbone et sa consommation d’eau?


Prendre le temps d’évaluer son emprunte environnementale (émission CO2 + consommation d’eau) a beaucoup de bénéfices pour les brasseurs pour les raisons suivantes : cela leur permettra de comprendre : - Comment leur organisation contribue à l’émission de carbone et l’utilisation intensive d’eau, - Quels sont les éléments clés de leur organisation qui y contribuent le plus et quelles en sont les raisons, - Comment prendre des décisions et mettre des actions en place au quotidien, en tenant compte de leur impact sur l’emprunte carbone totale (choix des emballages, énergies, technologies, méthodes de distribution…), - Quelles sont les opportunités d’optimisations et gains d’argent liées à ses actions.


Gain d’argent, dites-vous?


Et oui! L’histoire et les faits montrent que réduire son emprunte carbone et sa consommation d’eau riment avec réduction de coûts sans toucher à la qualité de votre bière.


Vous optimisez le transport de vos matières premières ou de vos produits finis : vous réduirez automatiquement votre facture de logistique. Vous optimisez avec vos fournisseurs les matières premières utilisées dans votre bière (volume d’emballage par bière, volume d’eau nécessaire à la production d’une bière…), vous réduirez automatiquement votre facture auprès de vos fournisseurs! Beaucoup de grandes et petites brasseries l’ont compris depuis longtemps et tentent de produire les mêmes quantités de bière tout en réduisant la facture d'électricité, de gaz, de carburant ou d'eau... Economie et écologie semblent aller de pair… ! D’autant que si l’on communique bien aux consommateurs notre engagement « eco-responsable », cela représente un levier de différenciation supplémentaire qui pourra augmenter la satisfaction client et créer de nouvelles opportunités d’affaires.


En bref, nous suivons avec beaucoup d’intérêt les brasseries qui ont un vrai engagement de développement durable et nous ne pouvons qu’inviter les brasseries à s’y engager. Le terrain de jeu est très vaste et les gains à la clé sont substantiels pour les brasseries mais aussi pour la santé de notre mère nature sans laquelle nous ne pourrions pas déguster de bonnes bières!


  Source: https://www.avnir.org et https://www.panimoliitto.fi


 






Lire la suite...





À lire aussi