Êtes vous à la page? Partagez vos
news


Restez à la page de l’actualité du marché de la bière artisanale !

Vous pourrez ici vous inspirer et découvrir des articles sur les bonnes pratiques d’optimisations à mettre en œuvre dans votre brasserie, sur les démarches et actions menées pour protéger l’environnement, des guides et manuels pour découvrir le métier de brasseur, des astuces et outils qui vous aideront dans votre projet de création microbrasserie, et enfin des idées d’affaires à réaliser.

L’objectif principal de cette rubrique est de vous donner accès à toute l’information pertinente qui vous aidera dans votre développement et votre expansion.



juil. 12, 2016

Comment construire une fabrique de Bière artisanale? par Ambrasser
Brasseurs en Herbe Comment Manuel Projet Réussite

(Traduit et adapté par Ambrasser du texte écrit par Boris de Mesones le 30 Janvier 2011)


Comment construire une petite fabrique de bières et réussir en élaborant des bières de style unique.


Chapitre 5 : Viabilité du projet    


Face aux questions des lecteurs ayant démontré leur intérêt pour les chapitres déjà publiés sur la façon de monter une microbrasserie, j’ai décidé d’écrire cet article afin d’éclaircir une série de concepts de base qui doivent être sérieusement pris en compte si l’on veut investir dans ce secteur, que ce soit dans une microbrasserie propre ou une société.


La partie financement est fondamentale car même si nous avons correctement organisé le reste de l’activité, la possibilité de couler par manque de liquidité est très grande.


La liquidité est l’argent sonnant et trébuchant que nous devons avoir réservé pendant au moins un an pour pouvoir payer tout type de frais, depuis les salaires jusqu’aux impôts et les fournisseurs. Il n’y a rien de pire que d’avoir tous les équipements montés, une bière de haute qualité en vente et une équipe de personnel de confiance sans avoir d’argent pour payer nos premières factures.


Une affaire de microbrasserie se compose de plusieurs chapitres très différents. Si l’on ne s’entend pas bien et que l’on doit travailler séparément, le projet croulera sous les dépenses ou l’affaire sera en danger dès le début.


Les équipements forment un chapitre, un autre très important est la propre installation des équipements dans le local et le lieu adéquat, et sans négliger les chapitres précédents, celui sur le développement des recettes de bières est essentiel. Une fois tout en main, l’élaboration de bière à partir de ces recettes par un maître brasseur professionnel ayant une expérience avérée est de la plus haute importance. Enfin le maintien de la qualité de ces bières et leur vente et distribution est un autre thème qu’il ne faut pas ignorer au risque de faire faillite immédiatement.


Chapter 5 Im1


Graphique de l’augmentation annuelle de micro fabriques aux USA


Chaque chapitre doit être pensé et travaillé séparément. Chacun mènera son propre investissement et devra être contrôlé par un professionnel. Improviser dans ce secteur ne donne pas de bons résultats. Ceci est la raison pour laquelle toutes les microbrasseries qui réussissent ont commencé à produire des bières par petits lots et en fonction des résultats elles ont ajusté les recettes ou les processus de production.


Si un entrepreneur sans expérience dans ce secteur décide d’acheter des équipements avec un budget limité, il doit prendre en compte qu’une fois que les équipements sont arrivés et installés dans le lieu qu’il a choisi avec ou sans l’aide d’un professionnel, il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Les recettes proposées par les fournisseurs d’équipements sont des recettes standards. Ces recettes ne conviennent pas à une microbrasserie. Une microbrasserie a besoin de recettes spéciales qui font que sa bière se différencie des bières industrielles. La raison est simple, une microbrasserie ne pourra jamais concurrencer une fabrique industrielle en terme de coûts si la bière qu’elle produit est égale ou se différencie seulement par un goût plus prononcé, ceci n’est pas suffisant pour que le consommateur veuille dépenser plus d’argent. Il se peut qu’il le fasse une fois, mais s’il ne remarque pas de grande différence, il ne rachètera pas une bière qui ne se distingue pas des bières ordinaires.


Le marché International des microbrasseries affiche un profil clair du consommateur de bière artisanale élaborée par des microbrasseries. Ce consommateur n’est pas fidèle à une marque. C’est un consommateur qui achète ce qui se différentie du commun. Il pourra être fidèle à une micro-fabrique de bières à condition qu’elle lui offre des lots de bières spéciaux et avec un caractère différentiel, que ce soit une variété spéciale de houblon, de céréales ou de levures. Il est évident que pour suivre ce courant il faut des maîtres brasseurs très spécialisés qui se trouvent pour la majorité aux USA, en Angleterre et en Belgique. Aux USA la concurrence est tellement féroce que l’on peut facilement dire et sans peur de se tromper, que c’est là-bas que l’on fabrique les meilleures bières du monde depuis déjà plusieurs années.


Dans les derniers mois de l’évolution des bières des microbrasseries étatsuniennes, et je me réfère toujours à celles-ci car elles représentent l’avant-garde mondiale, de nouvelles marques de bières sont lancées constamment sur le marché. Le consommateur ne cherche pas la même bière chaque jour, il cherche de nouveaux styles, de nouvelles saveurs, tout ce qui attire son attention en représentant quelque chose de spécial. Et pour ce type de bière il est prêt à payer davantage.


Il est évident que ces nouveaux styles ne se vendent pas comme des petits pains à la sortie du collège dès le premier jour. Il faut convaincre peu à peu les consommateurs de la spécialité du produit, il faut les éduquer et les convaincre. Nous avons besoin de temps, et de ce fait nous avons besoin d’argent pour survivre tout au long de cette étape initiale qui sera la plus difficile de l’affaire.


Chapter 5 Im2


Augmentation annuelle des ventes des microbrasseries en fonction du total aux USA.


 Je reçois souvent beaucoup de demandes d’entrepreneurs qui me disent qu’ils ont, par exemple, 100 mille euros et qu’ils veulent s’acheter ou concevoir et monter les équipements eux-mêmes avec ce capital. Mis à part le fait que 100 mille euros représentent très peu d’argent, ce que l’on oublie toujours est qu’il faut disposer aussi d’un capital pour trouver le local où on va monter les équipements, il faut un capital pour les permis et les licences, un capital pour trouver et embaucher un maître brasseur et il faut un capital pour développer les recettes car une mauvaise recette finit avec de la bière dans les égouts...  Ce que l’on ne peut pas faire d’un point de vue commercial sans l’ajustement adéquat de, est vendre des bières de marque spécifique « X » qui soient différentes à chaque lot. Il faut perfectionner les processus de production au maximum.


Il y a maintenant plus de 10 ans, Alex Schmid, le maître brasseur de Naturbier sur la place de Santa Ana à Madrid, m’a raconté une anecdote très significative : « Quand quelqu’un entre par la porte et me dit qu’il veut monter une microbrasserie, la première chose que je lui demande est : tu as 600 000 euros ? »


Le visage surpris des présumés entrepreneurs est souvent marqué par la stupéfaction. Personne n’a 600 k€ disposés à être lâcher immédiatement. Le pragmatisme allemand d’Alex est le plus clair et de cette façon on évite de nombreux malentendus.


Si l’on n’a pas l’expérience suffisante dans la construction d’équipements, l’installation, le développement de recettes, la production, la mise en bouteille, la distribution, la vente et le marketing, on fait en général appel à des services professionnels, et évidemment, ceci coûte de l’argent. Si l’on n’en dispose pas assez, il ne vaut pas la peine de s’embarquer dans ce type de projets longs et pourvus de multiples obstacles de tout type.


L’investissement peut être inférieur à 90 mille euros, mais ici c’est le cas si entre en jeu une parfaite organisation de l’affaire et les habiletés techniques de l’entrepreneur. Il devrait être très clair qu’il est essentiel pour l’entrepreneur de comprendre les concepts techniques et d’élaboration de bière s’il veut investir moins d’argent.


Chapter 5 Im3


Ne laisse pas ton argent liquide s’échapper!


Dans mon cas j’ai monté ma propre microbrasserie sans associé et avec peu d’argent, mais les équipements proviennent d’une microbrasserie qui a fait faillite car ses dépenses fixes (argent mis par mois dans les factures indépendamment des ventes) étaient très élevées et les équipements défectueux. En ne fonctionnant pas correctement à cause de problèmes de design basique, le peu d’expérience du maître brasseur entraîné localement n’a pas aidé à résoudre les problèmes et les bières se contaminaient facilement pendant le stockage ou la garde. Les ventes durant les premiers mois sont basses car le public en général ne connait pas le local, mais peu à peu elles augmentent et alors qu’elles grimpent j’ajuste les recettes aux ingrédients que je vais trouver et à la transformation des équipements que je mène à bien avec chaque nouvelle production. Pendant que je rentre de l’argent avec d’autres activités.


 Chapter 5 Im4


Quelques Chapitres d’un Business Plan


Beaucoup de personnes me demandent si cela ne m’inquiète pas que les ventes montent très lentement. Je leur réponds avec un grand sourire: “mes coûts sont très bas, je n’ai pas de pertes, je paie mes impôts et factures sans problème, l’image de la fabrique est de mieux en mieux, j’envoie mes bières à différentes compétitions internationales. Le jour où je gagnerai un prix les journaux en feront écho et les ventes monteront de plus en plus vite “.


Ce type d’entreprise demande beaucoup d’heures de travail journalières, de nombreux weekends, il faut être préparé à cela et le voir avec plaisir, si ce que l’on fait ne nous procure pas une passion extrême, il est difficile de réussir.


Dans ce chapitre j’ai focalisé sur la partie financière et sur celle de l’attitude professionnelle, les deux sont aussi essentielles l’une que l’autre. La société actuelle est pleine de dogmes que la majorité des gens suit, ils se basent sur les jugements des autres qui sont différents de nous. Ils sont inutiles et ne nous rendront pas heureux. Nous devons suivre nos propres idées et concepts, tout bien organiser pour éviter tout type de doutes, avoir un objectif clair et commencer à lutter. Si ensuite des problèmes surgissent, ne désespérons pas car notre base est solide et nous avons tout sous contrôle. Si en plus nous analysons chaque problème comme un défi à relever qui améliorera chaque fois un peu plus notre expérience, nous affronterons ces problèmes avec une tranquillité stupéfiante et avec l’assurance d’un joueur de poker professionnel.


Pour résumer, cette fois le côté philosophique et existentiel est rayé, avant de s’embarquer dans ce projet il faut écrire sur papier toutes les parties des dépenses, absolument toutes et multiplier par deux. Il faut compter sur des provisions d’argent en cas de retards, il y en aura toujours, et de nombreux mois sans rentrées d’argent. Il faut se préparer psychologiquement au fait que nous rencontrerons des difficultés, il ne faut pas désespérer et ramer, ramer.


Un des plaisirs quotidiens dont je profite plus que personne, est le moment où j’ouvre les portes de ma microbrasserie, je hume les arômes qui sortent des tanks de fermentation avec les vannes ouvertes et je me sers une bière de ma dernière production pour la goûter avec les yeux fermés et tous les sens éveillés.







Lire la suite...





À lire aussi